Peut-on ou doit-on tout accepter dans la vie ?

 

Tout accepter ? Voilà l’un des sujets qui intéressent bien des femmes et des hommes (sans que ces derniers ne le disent réellement ou explicitement).

On a coutume de dire que l’amour autorise tout. Si l’on s’en tient à Corinthiens 13 un des versets du nouveau testament (et qui figure aussi dans l’ancien testament), on nous demande de tout supporter par amour.

Les sages, bouddhistes ou simplement Maîtres spirituels, nous demandent pour s’approcher de l’amour et de la Voie vers le mieux-être d’accepter et faire preuve de compassion (l’amour de l’Autre). Veulent-ils dire de tout accepter, même l’intolérable ?  Ou de s’accepter soi-même ?

Ecouter le podcast  de l’émission « peut-on tout accepter  » ? ici 

Quelques témoignages et articles  sur le sujet  » tout accepter » :

Marie-Claire magazine 

psychologies.com 

Nos pensées : 

Les secrets de l’art d’aimer : psychologies

Les contes qui correspondent au thème :  » tout accepter » ?

L’eau  de vie,

la cane blanche,

Hans & Gretel 

Pour comprendre pourquoi on accepte parfois l’inacceptable, il faut souvent revenir aux blessures originelles et cette vidéo, est une bonne manière de le faire : regarder la vidéo. Que l’on soit fuyant, dépendant, masochiste ou contrôlant, rigide, qui sont autant de masques des blessures de rejet, d’abandon, d’humiliation, de trahisons ou d’injustice.

Continue reading « Peut-on ou doit-on tout accepter dans la vie ? »

Pourquoi est-ce si difficile de faire quelque chose pour soi ?

Une nouvelle chronique relative au Coaching de vie, sur Troc Radio, la web radio québécoise, au cours de laquelle, nous discutons avec Francine Broka, sous la forme d’un Talk Show radiophonique : Pourquoi est-si difficile de faire quelque chose pour soi même. On y évoque l’estime de soi et la confiance en soi, deux  concepts souvent confondus mais qui ne sont pas exactement les mêmes.
Instaurer une qualité d’être, pratiquer l’écoute de soi, s’ouvrir à soi même, se faire confiance, s’étonner, se faire rire, faire place nette à la joie, la vérité et à la lumière, voilà quelques unes des pistes pour arriver à faire quelque chose de bon pour soi.

Blanche-Neige : Traverser le deuil et surmonter les épreuves

Blanche-Neige, : Voilà un conte qui nous parle de transformation et d’évolutions mais pour ce faire, il nous faut renoncer et faire des deuils. Surtout il nous parle d’accéder à des stades supérieurs de conscience. C’est l’un des contes, les plus ésotériques et alchimiques qui existent et pourtant c’est l’un des plus populaires.

Le syndrome de la Fée Carabosse

Je voulais m’attarder sur ce que j’ai appelé le Syndrome de la fée Carabosse, provocateur de vies ratées et de chagrins en tous genre. Au dessus de notre berceau ou lors d’un moment important pour nous, un être : notre père, notre mère, une tante, une grand-mère, un éducateur, un professeur voire même un ami, est venu lancer une malédiction.Très peu de personnes échappent au syndrome de la fée Carabosse mais beaucoup arrivent avec l’aide des autres fées à en atténuer beaucoup les effets.
On pourrait le résumer en disant que le remède est de vraiment écouter le « bon parent en nous » !

Né(e) un jour bleu ou comment les proches vivent-ils le handicap ?

Chronique sur l’autisme mais pas seulement !

La journée Bleue

Quelques jours avant la chronique hebdomadaire, c’était la journée bleue : la journée mondiale consacrée à la sensibilisation à l’autisme. j’ai donc proposé à Francine Broka un sujet sur ce thème et surtout sur l’attitude des proches confrontés aux handicaps ou à la différence.  Comment la vivent-ils ? les émotions, les sentiments qu’ils éprouvent.

D’abord la journée bleue!  Pourquoi bleue d’ailleurs ?

et bien le jour de la chronique, je l’avais oublié mais cela m’est revenu grâce à la magie de Google !

Le 18 décembre 2007, l’Assemblée Générale des Nations Unies a adopté la résolution 62/139 initiée par l’Etat de Qatar qui déclare le 2 avril Journée Mondiale de la Sensibilisation à l’Autisme.

« Éclairez en Bleu « (Light It Up Blue) » est une initiative d’Autism Speaks, la plus grande organisation américaine dans le domaine scientifique et de soutien pour l’autisme. Dans le cadre de cette initiative, les organisations de l’autisme à travers le monde incitent à illuminer en bleu pendant la nuit du 2 avril, des monuments symboliques, des hôtels, des complexes sportifs, des salles de concerts, des musées, des ponts, des commerces, des maisons et d’autres bâtiments pour une nuit au début du mois d’avril. Le but est de lancer un mois d’activités et d’événements  de sensibilisation à l’autisme dans le monde entier tout au long du mois d’avril.

Beaucoup de choses ont été écrites sur l’autisme aujourd’hui même s’il est encore considéré comme un trouble psychique, une maladie et regardé avec méfiance voire défiance. Fut-il de haut niveau ou syndrome d’Asperger.

Je vous ai livré ici beaucoup de liens pour (re) découvrir  ce trouble envahissant du  développement mais  je vais commencer par deux écrivains.

L’un est le porte-parole officieux  des personnes ayant un spectre autistique, l’autre un comédien-écrivain que j’ai découvert à la télévision.

Il s’agit de Josef Schovanec (je suis à l’Est). Il  a une chronique sur Europe 1 : voyage en Autistan : ici   & de Hugo Horiot (L’Empereur c’est moi)

Voilà le royaume d’une Aspigirl : elle, je l’adore !  Explicative, émouvante : lire là  ou encore cette simulation de jeu vidéo pour tenter de comprendre ce qui se passe  quelquefois dans la tête d’une personne atteinte de ce trouble du développement :

Continue reading « Né(e) un jour bleu ou comment les proches vivent-ils le handicap ? »