Peut-on ou doit-on tout accepter dans la vie ?

 

Tout accepter ? Voilà l’un des sujets qui intéressent bien des femmes et des hommes (sans que ces derniers ne le disent réellement ou explicitement).

On a coutume de dire que l’amour autorise tout. Si l’on s’en tient à Corinthiens 13 un des versets du nouveau testament (et qui figure aussi dans l’ancien testament), on nous demande de tout supporter par amour.

Les sages, bouddhistes ou simplement Maîtres spirituels, nous demandent pour s’approcher de l’amour et de la Voie vers le mieux-être d’accepter et faire preuve de compassion (l’amour de l’Autre). Veulent-ils dire de tout accepter, même l’intolérable ?  Ou de s’accepter soi-même ?

Ecouter le podcast  de l’émission « peut-on tout accepter  » ? ici 

Quelques témoignages et articles  sur le sujet  » tout accepter » :

Marie-Claire magazine 

psychologies.com 

Nos pensées : 

Les secrets de l’art d’aimer : psychologies

Les contes qui correspondent au thème :  » tout accepter » ?

L’eau  de vie,

la cane blanche,

Hans & Gretel 

Pour comprendre pourquoi on accepte parfois l’inacceptable, il faut souvent revenir aux blessures originelles et cette vidéo, est une bonne manière de le faire : regarder la vidéo. Que l’on soit fuyant, dépendant, masochiste ou contrôlant, rigide, qui sont autant de masques des blessures de rejet, d’abandon, d’humiliation, de trahisons ou d’injustice.

Continue reading « Peut-on ou doit-on tout accepter dans la vie ? »

Né(e) un jour bleu ou comment les proches vivent-ils le handicap ?

Chronique sur l’autisme mais pas seulement !

La journée Bleue

Quelques jours avant la chronique hebdomadaire, c’était la journée bleue : la journée mondiale consacrée à la sensibilisation à l’autisme. j’ai donc proposé à Francine Broka un sujet sur ce thème et surtout sur l’attitude des proches confrontés aux handicaps ou à la différence.  Comment la vivent-ils ? les émotions, les sentiments qu’ils éprouvent.

D’abord la journée bleue!  Pourquoi bleue d’ailleurs ?

et bien le jour de la chronique, je l’avais oublié mais cela m’est revenu grâce à la magie de Google !

Le 18 décembre 2007, l’Assemblée Générale des Nations Unies a adopté la résolution 62/139 initiée par l’Etat de Qatar qui déclare le 2 avril Journée Mondiale de la Sensibilisation à l’Autisme.

« Éclairez en Bleu « (Light It Up Blue) » est une initiative d’Autism Speaks, la plus grande organisation américaine dans le domaine scientifique et de soutien pour l’autisme. Dans le cadre de cette initiative, les organisations de l’autisme à travers le monde incitent à illuminer en bleu pendant la nuit du 2 avril, des monuments symboliques, des hôtels, des complexes sportifs, des salles de concerts, des musées, des ponts, des commerces, des maisons et d’autres bâtiments pour une nuit au début du mois d’avril. Le but est de lancer un mois d’activités et d’événements  de sensibilisation à l’autisme dans le monde entier tout au long du mois d’avril.

Beaucoup de choses ont été écrites sur l’autisme aujourd’hui même s’il est encore considéré comme un trouble psychique, une maladie et regardé avec méfiance voire défiance. Fut-il de haut niveau ou syndrome d’Asperger.

Je vous ai livré ici beaucoup de liens pour (re) découvrir  ce trouble envahissant du  développement mais  je vais commencer par deux écrivains.

L’un est le porte-parole officieux  des personnes ayant un spectre autistique, l’autre un comédien-écrivain que j’ai découvert à la télévision.

Il s’agit de Josef Schovanec (je suis à l’Est). Il  a une chronique sur Europe 1 : voyage en Autistan : ici   & de Hugo Horiot (L’Empereur c’est moi)

Voilà le royaume d’une Aspigirl : elle, je l’adore !  Explicative, émouvante : lire là  ou encore cette simulation de jeu vidéo pour tenter de comprendre ce qui se passe  quelquefois dans la tête d’une personne atteinte de ce trouble du développement :

Continue reading « Né(e) un jour bleu ou comment les proches vivent-ils le handicap ? »

Chausser les bottes du chat pour affronter les difficultés!

 

chausser les bottes

 

 

 

 

 

 

 

 Tableau de Pierrette Ricaud - les Bottes 

 

C’est à Giovanni Francesco Straparola  littéralement Jean le babilleur ou le »Jacteur », écrivain  franco-italien de la renaissance que l’on doit l’une des première éditions de ce conte. Il l’aurait incorporée à un recueil d’histoires, dénommé « les nuits facétieuses ». Des récits allant du grivois au fantastique que l’on lisait aux alentours de 1508[1].

Une étrange histoire que celle du Chat Botté dont les véritables racines remonteraient à une époque bien plus ancienne, la période indo-européenne.

Un récit initiatique dit-on parfois.

Or, n’est-ce pas ce que représente le conte ? Une histoire pour grandir comme le dirait encore Jacques Salomé. Des histoires pour traverser la vie et aller plus loin dans la compréhension du monde… ou de soi-même.

Charles Perrault (1628- 1703), s’empara de ce conte, qu’il inclut dans son ouvrage, les contes de ma Mère l’Oye. Il connut aussitôt un vif succès qui ne s’est pas démenti.

C’est l’un des rares contes de Perrault que j’aime inclure dans mes analyses car cet auteur sent encore trop son gentilhomme du 18ème (pour plagier Robert Merle). Ses contes sont en effet autant de saynètes qui dénoncent, à l’instar de Jean de la Fontaine, les méfaits de son époque. Tant qu’on en oublierait ses précieux enseignements issus de la nuit des temps.

 

Il met en scène, un chat dont la moindre des qualités est le sens de la stratégie et son propriétaire, un jeune homme si démuni qu’il en est réduit à lui faire confiance pour assurer sa fortune.

http://clpav.fr/lecture-chat-botte.htm.

 

On devrait toujours faire confiance au génie du Chat et se fier à sa sagacité!

C’est à dire à son indépendance et son courage, son sens de la stratégie et de la patience. Qui mieux que ce félin sait faire des tours pour attraper sa proie. Et il faut aussi un éclair de génie pour s’en remettre à un animal alors que tout semble perdu.  Ce conte nous enseigne à rechercher profondément en nous–même, la petite étincelle de malice et d’énergie qui va rallumer la mèche!

Alors qui est vraiment ce chat malin à qui nous devons faire confiance ?

Est-il sans morale ? Est-il sans justice ? Non ! Il a le sens de l’opportunité, il sait déjouer les pièges mais pour la bonne cause! Celle de son Maître qui est là pour restaurer l’équilibre! Sur les campagnes, règne un Ogre qui a l’air de terroriser tout le royaume.

Il y a péril en la demeure ! Il faudra bien de l’astuce pour le maîtriser.

Le félin représente notre capacité à nous sortir de bien des difficultés. Ne dit-on pas qu’il a 9 vies ? Gardien,  divinité (Bastet), symbole de la fécondité et de l’amour maternel mais aussi un Djinn malfaisant  ou non, ou l’animal maléfique par excellence du moyen âge, le chat a des interprétations contradictoires.

Sachez tout de même qu’on considère chez les bouddhistes qu’il aurait la sagesse suprême…Avec le chat comme allié, on affronte les difficultés avec patience et espérance parce que tout plan nécessite une stratégie bien pensée.

Il faudra bien des mois au fils du meunier pour arriver à rencontrer le Roi et plaire à la princesse. Mais il y réussira en trois coups , frappés par le chat! Et là pas de faux-pas ! La force qu’il aura insufflée permettra au fils du meunier de jouer son rôle et sa partition pour devenir un digne héritier royal cette fois-ci.

Rien de tel qu’un chat chaussé de bottes pour désamorcer les grandes colères qui nous dévastent, les défaites qui nous rongent, les malheurs qui nous terrassent. Il le fera avec astuce, malice et sagesse mais il sera au rendez-vous ! A condition bien sûr que la cause soit juste. Un chat, c’est donc ce qu’il nous faut pour retrouver l’équilibre!

 

Pour connaître l’intégralité de l’interprétation de ce conte, savoir comment repérer et amadouer le chat, faire votre psycho-portrait symbolique et savoir s’il représente le conte de votre vie ou de votre entreprise, contactez-moi !

 

 

imagesillustration chat_botté- université montpellier

 

 

 

 

 

 

Marie-Pierre Medouga

Coach de vie

 

[1] Wikipédia